Un pop-up store qui met en avant les créateurs en centre-ville

title 1581357194
title 1581357194

Si vous êtes habitué à voir ce fameux kiosque à journaux sur le parvis de la cathédrale de l’Esplanade Monseigneur Ruch, vous serez grandement étonné de voir qu’il n’est plus le même. Aujourd’hui, c’est un pop-up store que l’on y retrouve. Un petit coin dédié aux créateurs, aux artisans et aux commerçant pour qu’ils puissent montrer leur savoir-faire et attirer de nouveaux publics.

12 mètres carrés pour les artisans  

12 mètres carrés. C’est la surface totale de cet ancien kiosque à journaux situé, depuis plus d’une vingtaine d’années, sur l’Esplanade Monseigneur Ruch, tout juste au pied de la cathédrale. Si pour certains, c’est « beaucoup trop petit », pour d’autres c’est « amplement suffisant ». Situé tout juste à deux pas de l’arrêt de tram, sur l’artère principale de Nancy, c’est désormais un espace pour les artisans et les créateurs qu’on y retrouve. Pour un loyer de 50 euros les trois semaines, il s’agit d’une occasion idéale pour les créateurs, les artisans, les commerçants et les expérimentateurs de concept de mettre en avant leur savoir-faire et leur produit.

Un pop-up store influencé par le Pop art

La restauration de ce kiosque à journal est le travail de l’agence Bbcom. Cette espace fait alors « référence au Pop Art, mouvement artistique des années 50 intimement lié à la pub, l’univers des BD, la mise en avant des produits de consommation » selon le responsable du projet.  L’architecte est particulièrement fier du résultat car le kiosque était, initialement, imaginé par le grand architecte Paul Maurand. Son inspiration : la culture urbaine d’il y a vingt ans. En posant la première pierre, monsieur Paul Maurand s’est lancé l’objectif de créer un espace réutilisable. Pari tenu car c’est le cas aujourd’hui.

Une plus grande visibilité pour les créateurs

Ce sont donc surtout les créateurs qui bénéficieront des avantages de ce pop-up store. Et pour cause, la ville a l’idée d’en faire un magasin éphémère pour permettre à chaque locataire de tester son concept ou de gagner une plus grande visibilité. Et le calendrier est déjà assez plein. Jusqu’au 24 février, c’est une verrière, Angéline Dissoubray, qui s’est installée dans le pop-up store. Vivant à Maxéville, c’est son goût du voyage qui l’a transporté jusqu’ici. Après cela, c’est-à-dire du 2 au 3 mars, c’est la créatrice de vêtements et d’accessoires de mode en laine, Kamilka Kucharska qui investira les lieux. Cette dernière est particulièrement adepte des pop-ups stores car on la retrouvait déjà à Bar le Duc il y a quelques années, par exemple. Et du 30 mars au 20 avril, c’est Gaëlle Simard qui mettra en avant son concept de customisation et de vente de vêtements en fonction de la morphologie et de l’esthétique d’une personne. Par la suite : c’est la marque de prêt-à-porter Cartel et les produits céramiques de Mickaël Maio et Camille Bollot. L’inscription est ouverte pour les prochaines dates.

Les informations à retenir sur ce pop-up store des créateurs

  • Un pop-up store pour les créateurs, artisans
  • Date : à partir du 24 février 2020
  • Horaires : mardi au vendredi de 12 h 30 à 19 h et le samedi de 10 h 30 à 19 h
  • Lieu : L’ancien kiosque à journaux de l’Esplanade Monseigneur Ruch

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Résoudre : *
20 − 1 =